Ajouter un commentaire

Ah ... les croissants chauds ...

 

 

Ah ... les croissants chauds ...

 

 

Une affaire de boulangers !

 

Image : bridor.com

 

1683

 

Les boulangers se lèvent très tôt, c'est bien connu. Les boulangers autrichiens n'y font pas exception et lorsque l'armée turque expansionniste est sur le point d'entrer à Vienne, ils sont les premiers à donner l'alerte. Pour commémorer l'évènement, ils créent le croissant, destiné à rappeller à jamais par sa forme le croissant de lune flottant sur le drapeau turc.

 

 

Image : gifsanimes.com/

 

C'est la raison pour laquelle, le croissant ne se trouve jamais en pâtisserie.

              

Il est le privilège des boulangeries.        

 

Et ce délicieux croissant autrichien (qu'à tort on imagine bien français ...) n'arrive  à Versailles qu'en 1770 lorsque Marie-Antoinette, l'Autrichienne, épouse le roi Louis XVI.

 

Et tandis que l'Autriche se régale de ses croustillants croissants en pâte feuilletée, l'Empire ottoman règne sur une superficie considérable.

 

 

Image : fr.123rf.com/

 

 

La guerre entre la Russie et l'Empire ottoman s'achève à la fin du 17è siècle. C'est alors que le Grand Sultan Mehemet IV décide d'étendre l'Empire ottoman en annexant  toute l'Europe de l'Est. Et c'est là qu'il menace l'Autriche. Faisant fi des alliances pontificales signées entre la Pologne et Venise propriétaire de la Dalmatie (Balkans), avec l'appui de Louis XIV, il lance ses troupes à l'assaut des royaumes et empires dont les Habsbourg sont les premiers visés.

 

Image : wikipedia

 

 

Territoires des Balkans.

 

Tandis qu'à l'est on vit sous la domination ottomane, en France, la noblesse s'amuse de "Turqueries" burlesques et Monsieur Jourdain se voit déjà en "Bourgeois" élevé au rang honorifique de " Grand Mamamouchi" ! La mode n'exclut pas le ridicule que suscite la folie de grandeur si bien mise en scène par Molière dans le Bourgeois Gentilhomme, joué pour la première fois au Château de Chambord en 1670.

 

Au cours du 18è siècle, rien n'arrête les artistes* subjugués pendant des décennies par une nouveauté culturelle excitante. Mozart lui-même s'approprie cette mode exotique mise en scène dans l'un de ses opéras, "L'enlèvement au sérail", composé sur un livret allemand de Gottlieb Stephanie et joué en 1782 à Vienne.

Il ne s'inspire pas de la musique orientale mais scande le rythme en évoquant les fanfares janissaires qui accompagnent l'armée ottomane en marche. Il ne manque surtout pas de saisir l'occasion de mettre en scène les "incultes" face aux "civilisés" sans jamais râter une occasion de ridicule et de comique. L'espièglerie de Mozart découvre un nouveau terrain de jeu.

 

Les troubles provoqués par les Turcs avec tous les pays européens de l'Est, y compris la Russie, font rage jusqu'à la rédition définitive de la Sublime Porte alors que le 18è s. s'achève et que débute le 19è.siècle.

 

C'est alors que l'expansion russe et la politique colonialiste des états européens  freinent les vélléités ottomanes de conquêtes que l'Histoire n'a peut-être pas bloquées définitivement puisque le 21è s. ne démontre toujours pas d'apaisement !

 

La Première République Turque est crée par Mustapha Kemal Atatürk  en 1922, après que son prédécesseur ait réalisé un projet franco-turc, la Grande Mosquée de Paris.

 

 

* La fantaisie, les couleurs et l'originalité des costumes et des coutumes turques émerveillent tout un chacun et les récits de voyages sont nombreux. Un ambassadeur de France, envoyé par Louis XIV auprès du Sultan Ahmed III, rapporte une collection d'estampes qui, une fois publiées, ont un succès retentissant.

 

 

 

Image : google.fr/search

 

Charles de Ferriol

 

(1652–1722)

 

***