Ajouter un commentaire

Le tilapia au secours des grands brûlés.

 

 

 

Le tilapia

 

au secours des grands brûlés.

 

Proche parent de la carpe, le tilapia est un poisson d’eau douce mais que l’eau salée de la mer ne dérange pas pourvu qu’elle soit chaude – de 15°C à 32°C. Dans ces conditions idéales pour l’espèce, on le trouve un peu partout y compris dans les bassins d’élevage car facile à nourrir ! Il mange presque tout et se reproduit rapidement dans peu d’espace. Un tilapia mâle grossit deux fois plus vite qu’une femelle jusqu’à peser 4 à 5 kgs et atteindre 60 à 70 cm. Sa rentabilité économique est donc excellente !

 

Image : fr.depositphotos.com

 

Le tilapia est un poisson très nutritif dont la chair blanche, dépourvue d’arêtes et peu chère, est riche en Omega-3, protéines, vitamines B3 et B12, phosphore, potassium, magnésium et fer. Son goût est très agréable et il se prête parfaitement à de nombreuses recettes culinaires.

 

Image : chefsimon.com/

On conçoit alors combien il est avantageux de l’élever*, non seulement en tant qu'aliment mais aussi, et plus surprenant,  à des fins « thérapeutiques » et notamment à la reconstruction et à la cicatrisation des plaies de grands brûlés ou de diabétiques.

 

La peau du tilapia possède des vertus insoupçonnées. Riche en protéine cicatrisante, donc en collagène, la peau de ce poisson en contient beaucoup plus que la peau humaine. De plus, posée à même la brûlure, elle y adhère totalement et son  degré élevé d’humidité et de résistance en font un pansement adhésif idéal et nourrissant. Un "tampon", une barrière hermétique  contre les infections extérieures. Et ce, jusqu'à guérison complète.

 

 Ainsi la guérison est plus rapide qu’avec les traitements traditionnels où l’infection est toujours le risque majeur et redouté. En une dizaine de jours, une brûlure superficielle se guérit aisément. Lors d'une atteinte plus sévère, la peau de tilapia est renouvellée plusieurs fois mais les pansements moins fréquents n’entament pas la cicatrisation débutante, ce qui est très appréciable pour les patients dont la douleur est considérable à chaque fois qu'un pansement traditionnel doit être changé.

 

Avant de la destiner à l'utilisation médicale, le traitement de la peau de tilapia est rigoureusement observé : stérilisation en bacs désinfectants (chlorhexidine et glycérol) suivie d'irradiation en laboratoire afin d’éradiquer tout virus. Puis la peau est emballée et gardée au frais où elle peut être conservée deux ans. C'est ce que fait un laboratoire de recherche de Saô Paulo au Brésil.

 

 Image  : reponse-conso.fr

 

* Elever des tilapias en grande quantité, pourquoi pas en faire une industrie,  pourrait résoudre le problème crucial du manque de greffons humains. Il est très difficile de se procurer de la peau humaine. La Banque de peau n'a en réserve qu'1% des besoins mondiaux. Disposer d'une Banque de peau de tilapia, réglementée par les services officiels de santé, serait une aide puissante dans le traitement des brûlures ou des pertes de substance liées également à d'autres pathologies qui retardent ou empêchent toute cicatrisation.

 

 

***