L'albâtre d'Egypte.

 

 

  •  

L'albâtre d'Egypte.

 

Dans l'Antiquité, l'albâtre*, alabaster en grec, est facile à travailler et à polir ce qui permet de  créer aisément des vases sans anse dans lesquels est conservé le parfum.  Il devient vite synonyme de "vase". L'Egypte des Pharaons en fait des coffrets, des boîtes à bijoux peintes et décorées de pierres et surtout des vases sacrés funéraires conservant les viscères des pharaons.

 

Ce sont les canopes **.

 

Les Grecs, fort intéressés par cette pierre blanche, proche du marbre, et qu'ils peuvent extraire à Akhetaton non loin de la Thèbes égyptienne, l'appelle tout naturellement Alabastrom.

 

  • Au début du Ier siècle, Néron ordonne la construction d'un temple en forme de dôme, sans aucune fenêtre et dont les murs en albâtre sont si minces que le jour y passe en transparence ! Pour les Romains, l'albâtre utilisé est le Marbre blanc cappadocien que Pline ou Juvenal, historiens écrivains appellent phengite***.  Au sujet de ce temple dédié à la déesse Fortuna, ils écrivent qu'aux différents moments " où la lumière du jour varie, une atmosphère mystique y règne à nulle autre pareille."

 

  • Image : sites.google.com/site/ancientart
  • Temple dédié à la déesse Fortuna.
  •  

C'est seulement au 12è siècle européen qu'est utilisé l'albâtre. Découpé en très fines lamelles il sert  de vitres dans de riches demeures italiennes puis à la Renaissance de vitrail notamment à Saint-Pierre de Rome où La Gloire du Bernin, resplendissante de ses rayons lumineux est mise en valeur par la sobre et douce source de lumière de l'albâtre des vitraux. 

 

Image : wikipedia.org/

 

" La Gloire " du Bernin****

Saint-Pierre de Rome.

 

C'est grâce à l'albâtre des  carrières égyptiennes d'Hatnoub, au sud de Gizeh, au sud-est de Tell el Amarna, que les archéologues découvrent une explication possible à la construction des pyramides ! Ils mettent au jour une rampe "curieuse" analogue à celle attestée près du Parthénon grec. 

 

Par ailleurs, de nombreuses inscriptions rupestres appportent des renseignements utiles sur la vie des ouvriers exploitant les carrières de l'Ancien au Moyen Empire.

 

 

Image : IFAO -  egnet.net

 

Inscriptions rupestres d'Hatnoub.

 

Taillée dans le calcaire, large et  inclinée à 20 %, encadrée de part et d'autre d'escaliers taillés dans la pierre et perçés, à intervalles réguliers, de trous assez larges pour y insérer un poteau ... ce passage intriguant pourrait être primordial dans la compréhension du transport des matériaux. 

 

Image : ouest-france.fr

Photo de Yannis Gourdon

 

Rampe à escaliers bilatéraux percés de trous.

 

La partie dégagée est de 30 m. sur une longueur totale présumé d'une centaine de mètres.

En s'aidant d'une fresque, représentant une statue posée sur un socle devant lequel  un personnage arrose le sable, on en déduit que le sable mouillé facilite le glissement tandis que le sable sec s'accumule en avant du chargement et le freine.

 

En outre, le poids considérable des blocs serait retenu par des cordes arrimées aux poteaux qui assureraient un système de contre-poids empêchant les masses de repartir en arrière.

 

Bien que l'albâtre n'ait pas été utilisée aux pyramides, on peut raisonnablement penser qu’une technique semblable ait pu être employée pour déplacer d'autres matériaux là où le terrain le permettait.

 

* L’albâtre est une pierre blanche naturelle, composée de calcite (carbonate de calcium), si elle est calcaire. Composée de gypse, on la nomme alabastrite. Facile à polir, elle est classée dans les marbres antiques jusqu’au 5è s., à la chute de l’empire romain, avant  d'être de nouveau appréciée vers le 12è s.

 

** Les vases canopes les plus connus sont ceux qui conservent les viscères de Toutankhamon.

 

*** Phengite : Variété de mica muscovite contenant une certaine teneur en fer et magnésium.

 

*** Le Bernin, second de Michel-Ange - 1598 - 1680.

 

Toute forme de vie et d'activité des anciens Egyptiens se fait sous la protection des démons autant que des génies, des centaines de divinités cosmogoniques souvent funéraires tant est primordial le passage dans l'au-delà après la mort.

 

Isis, quant à elle, a traversé les millénaires.

 

 

***