L'intelligence du corbeau.

 

L'intelligence du corbeau.

Image : fr.depositphotos.com

Oiseau de mauvaise augure ou protecteur de l’humanité, un corbeau et toute sa noirceur aux reflets bleutés ou violets, la percée aigüe de son regard et son cri sinistre ne laissent personne insensible. N’était-il pas cloué sur certaines portes pour chasser le malheur, la malchance ou le mauvais œil ?

Quant aux malheureuses victimes de rumeurs ou accusations anonymes, elles  tremblent encore de l'effet dévastateur d' "un corbeau" dont la lâcheté autant que la malveillance sont évidentes.

Image : djoina.canalblog.com

"Le corbeau" de G. Clouzot.

Les Amérindiens respectent le corbeau en majesté, d’autant que dans la Cordillère des Andes il se déploie avec  une envergure impressionnante : 1 m 60 ! Il fait alors concurrence aux oiseaux de proie et la mythologie le nomme, avec un profond respect mêlé de crainte,  le  

" Grand Corbeau ".

De nature vigoureuse, il peut vivre plusieurs décennies s'il est en captivité mais souvent 20 ans en pleine nature. Quant aux petits, ils attendent une dizaine d'années pour convoler en justes noces après avoir mémorisé bon nombre d'informations leur permettant à leur tour de vivre très longtemps.

Membre de la famille des corvidés, le corbeau qui peut se reconnaître dans un miroir et retirer de son bec une étiquette collée sur ses propres plumes, instruit ses congénères du comportement à adopter vis-à-vis des humains. Il a une étonnante mémoire des visages, capable de mémoriser ceux qui lui sont le plus familiers. 

Mais ce n’est peut-être pas seulement en regardant les hommes bricoler, utiliser des outils ou leurs mains qu’il apprend à faire de même.

En effet, il est rare qu’un corbeau reste longtemps en observation au même endroit. Il a donc une intelligence pratique. Il est doué ! Il faut donc en conclure que sa structure cérébrale est particulière. 

A moins que son cerveau ne se soit développé plus longtemps, pendant qu'il   était toujours corbillat*, se formant à un apprentissage prolongé, à l'instar de l'enfant avant qu'il ne devienne adulte.

Le corbeau choisit des brindilles plus ou moins dures et longues, des morceaux de fils de fer suffisamment souples pour être recourbés  afin d'attraper quelque chose d'inaccessible avec une patte ou son seul bec.

Image :https://gurumed.org

Quant à protéger la nourriture qu'il s'est appropriée, il est passé maître. Il la pose bien en vue et, pour tromper le prédateur, la cache aussitôt après dans un lieu sûr.

Pour transmettre une information, il ne croasse pas seulement mais pointe de son bec une chose ou un endroit important à transmettre.

Il est plutôt malin, capable de calcul et de maîtrise puisqu'il laisse tranquillement passer une friandise sur un plateau tournant après avoir repéré, d'un coup d'oeil "analytique", qu'il y en a une plus grosse ou meilleure de l'autre côté.

Il n'est pas dit qu'un humain ait l'idée de faire monter ainsi le niveau de l'eau pour attraper la boule ... et le corbeau le peut. Nul ne le lui a appris ... Il comprend.

Image : photofunky.fr

Corbeau malin.

Pour avoir un tel comportement, à certains égards proche de celui du singe, le corbeau possède en effet un cerveau plus évolué que la moyenne des volatiles. De même que l'homme profite de son cortex pour planifier et mémoriser, le corbeau dispose de nombreux neurones efficients dans une structure neuronale spécifique, plus développée chez lui, le pallium.

Comme chez l'homme, le corbeau est parfois albinos. Ce qui est rare mais dans ce cas, sa constitution est plus faible et son pelage est blanc.

Il a les yeux rouges ou bleus. C'est un corbeau blanc ... nom qui fut donné aux industriels russes tentant de soudoyer    Lénine avec de grosses sommes d'argent, dans l'espoir d'être protégés et privilégiés lorsque la Révolution serait terminée**. Le calcul !

Image :/fr.wiktionary.org/

* Le corbillat est le nom du jeune corbeau. Il tarde à devenir adulte et reste très longtemps dans le nid  où il observe les parents et ... fait l'apprentissage de la vie plus poussé que ne le font les autres oiseaux.

**  Le socialisme profané et l'éternel Mitterand  de  Gabriel Taïx - Ed. de l'Albatros -  1981.

Si le croassement du corbeau est désagréable, tous les cris d'oiseaux ne sont heureusement pas aussi lugubres. Chaque volatile a un langage qui lui est propre et permet de l'identifier sans le voir.

***

Type de contenu