Article blog

Villages en rond.

 

 

Villages en rond.

 

Image :survoldefrance.fr

Village de Gruissan (Aude)

 

Depuis toujours l’homme vit en communauté. Besoin de protection et de partage de nourriture. La notion de propriété individuelle ne semble pas l'effleurer.

 

Pas encore !

 

A partir du moment où il se sédentarise, un habitat devient nécessaire. Il est en branchages, en bois puis en pierre ce qui lui permet de se protéger efficacement de la pluie, du vent et des prédateurs de toutes sortes.

Selon la région où il se trouve, l’homme choisit de préférence une butte pour y bâtir une sorte de tour en bois. Si la région est une vaste plaine, alors il construit une motte de terre surélevée.  Il lui faut surveiller aisément et constamment les alentours. S'isoler de la pluie et de la boue.

 

Le regroupement humain est de taille diverse. S’il est important, le chef habite une tour qui deviendra château fort, tandis que les autres membres de la communauté demeurent autour de ce lieu qu'ils protègent.

 

Lorsque vers les 9è et 10è siècles, l’Eglise toute puissante domine la société, y compris les gouvernants, elle bâtit ses édifices au centre d'un habitat qui tout naturellement s'agrandit et gravite au plus près  pour se mettre sous la protection divine. Ainsi naissent les villages ronds et dans le Languedoc, on les nomme  circulades.

 

Image : cathares.org/

Circulade de Bram.

 

A Bram, dans l'Aude, les maisons mitoyennes, bien alignées et légèrement incurvées, épousent  la direction des ruelles (dans certains villages, elles sont parfois en escaliers), qui se dessinent en cercles concentriques autour de l’église gothique Saint-Julien et Basilisse, construite au tout début du 13è s. sur un édifice cultuel plus ancien.

Aucune ouverture dans les murs ne donne sur l’extérieur du village.

 

Au centre, ou sur le sommet de la butte si tel est le cas, le puits, source de vie, est alors en sécurité. La raison en est évidente : protéger l'eau, indisensable à la survie, contre les invasions de soldats ou de pillards. Et elles sont nombreuses.

 

En Occitanie, le village de Bram est une merveille du genre avec ses trois cercles de ruelles qui enserrent l’Eglise.

Si la circulade de Bram est  relativement récente (12è - 13è s.),  un village existe déjà à l’époque où les Romains exploitent la région. En effet, Jules César écrit que les Volques Tectosages, mercenaires celtes d’Asie mineure, sont arrivés au 3è s. avant J.C. pour s’installer dans la vallée de la Garonne. Ce vicus s’appelle Eburomagos*.

 

Une dalle du 4è s. atteste bien l’existence du vicus Eburomagus, situé dans une vaste plaine  (magos) où se tiennent d’importants marchés de vins et de poteries sigillées, à vernis rouge, fabriquées** dans le village même et ses alentours. L'importance du vicus est attestée par la présence d’un temple, de thermes et d’un théâtre que des fouilles archéologiques ont confirmés.

Image: wikipedia.fr

Dalle en marbre de l'époque romaine. Découverte en 1969, elle porte la dédicace attestant de la présence du vicus Eburomagus.

 

Au 12è s, le village accueille un Seigneur dont le château  affronte sa  puissance à celle de l’église.

Les Huguenots envahissent Bram à la fin du 16è s. et s’approprient l’enclos seigneurial après avoir repoussé les catholiques de la Ligue.

Au 18è s., on atteste la présence du  dernier vestige de ce château seigneurial, une tour qui sert de prison. Un nouveau château est construit par la famille de Lordat qui conserve son droit seigneurial jusqu’à la Révolution de 1789.

 

* Magos, en gaulois, signifie plaine où s’installe en général un marché. Eburo est l’if. Eburomagos : le marché de l’if. Bram, qui est d'abotd Brom, peut donc être la contraction de ces deux termes.

Image : wikipedia.fr

  Bram  - Aude - 11000 - Occitanie.

** Un Musée de l’Archéologie regroupe de nombreux objets témoignant de la richesse de la région de la Préhistoire à la fin du  Moyen-âge et en particulier des poteries, sigillées ou non, de l'époque romaine.

**

Image : wikipedia.fr

Musée archéologique de Bram.

 

Les colons Romains se construisent des villas dans lesquelles on utilise de la vaisselle en céramique fine dont la fine pellicule d'argile est très riche en oxyde de fer. Lors de la cuisson à four ouvert, la céramique se vitrifie en se recouvrant d'un vernis rouge plus ou moins foncé et imperméable.

Selon sa fonction, la poterie est unie ou ornée de décors en relief. Rapportés, moulés ou imprimés. Parfois d'inspiration mythologique.

Image : ladepeche.fr/

Céramique sigillée et poinçons

de la Gaule romaine (Gaufresenque).

La vaisselle des grandes familles porte  le sceau du propriétaire, en latin, sigillum, d'où le mot sigillé. Elle correspond à des utilisations spécifiques : préparer, cuire, servir, consommer.

Les liquides comme  le vin, l'huile, l'eau sont  conservés au frais dans des amphores. Afin de maintenir la fraicheur des liquides, la poterie doit demeurer "nature" afin que les échanges de température s'effectuent à travers ses parois.

 

Image : google.fr/

Amphores du Musée archéologique de Bram.

L'Occitanie compte de très nombreux villages en rond ou circulades. 58, de tailles diffrentes,  sont répertoriés dans 6 départements.

L'un d'eux, fut le berceau du peintre Achille Laugé, peintre post-impressionniste décédé à Cailhau en 1944.

 

 

 

 

***

 

 

Ce que raconte le Pilier des Nautes.

 

Ce que raconte

 

le Pilier des Nautes.

 

 

Tous les éléments naturels impressionnent le Parisii. Arbres gigantesques et sombres forêts, tonnerre et foudre, pluie et inondations, soleil, lune et sa transformation quotidienne  ... tout est pour lui régi par un personnage divinisé à l’image de l’homme, dont les pouvoirs sont sur-humains et avec qui il est préférable d’être en bons termes ! D’où les offrandes, les rites et sacrifices destinés à être agréable à tous ces "gestionnaires spécialisés" pour éviter leur colère. S'assurer de leur bonne volonté et de leur protection.

 

Ce sont les dieux gaulois

 

sculptés sur le Pilier des Nautes.

 

Afin de faire connaissance avec trois d’entre eux, rendons-nous chez les Abbés de Cluny, actuel Musée du Moyen-âge* dans le 5è arrondissement de la capitale.

 

Image : wikipedia.fr

Hôtel de Cluny - Musée du Moyen-Age.

 

 

Dans le frigidarium romain, vestiges des Thermes que longe le Boulevard Saint-Michel, on peut voir quatre morceaux de pierres cubiques dont l'ensemble forme le Pilier des Nautes. Il est érigé à la gloire de Tibère sur l’île Sainte (Ile de la Cité), en 14 ap. J.C., par la toute puissante Corporation des Bateliers dont la Seine est le centre de son activité commerciale et qui décide d’honorer le nouvel empereur romain, en siège dans la Civitas parisiorum, Cité des Parisii. Une telle initiative   affirme officiellement sa propre culture celto-gauloise ! Sa puissance indéniable face à l'envahisseur.

 

Beau coup diplomatique.

 

 

Certains blocs sont incomplets mais d'autres représentations mythologiques de la même époque permettent une reconstitution fidèle des  personnages d'origine.

 

Image : researchgate.net/figure/

 

 

Ainsi, nous découvrons un dieu manuel qui protège le vaste lieu de vie boisé des habitants. Un bûcheron. Il répond au prénom d’Esus - un beau costaud barbu que nous voyons à l’œuvre - il élague un arbre avec une serpe. Son champ d'action correspond  aux très nombreuses forêts qui entourent la civitas. Les essences qui y pousssent se retrouvent dans la pérénité des municipalités actuelles ... Le Chesnay, Herblay, Aulnay sous bois, etc...  

 

Image : lang-litt-liv.over-blog.com

Esus

Le second, dont ne reste que la tête, est un intellectuel, un philosophe, un sage assis en tailleur. Cernunnos. Le dieu cornu. Il porte des bois de cerf car il vit dans la sérénité des sylves profondes et silencieuses. Grâce à sa présence sur le chaudron de Gundestrup, on peut reconstituer son personnage et la symbolique qu'il représente. Sur ses genoux, une bourse (ou une corne d'abondance) répand de la monnaie comme si l’accès à la connaissance et à la sagesse avait un prix. Un cordon la relie à ses oreilles, réceptacle de la parole, tandis que des torques** gauloises ornent ses cornes.

 

Image : wikipedia.fr

Cernunnos sur le Pilier des Nautes.

 

Image : wikipedia.fr

Cernunnos sur le chaudron de Gundestrup. 

 

Le troisième ? Smertrios, un tout jeune homme qui s’apprête à écraser la tête d’un serpent.   Protecteur dans lse combats guerriers et pourvoyeur de richesses que ne manquent pas d’apporter ces mêmes combats. C’est aussi lui qui protège les troupeaux.

 

Image : /archeologie.culture.fr/ 

Cliché ©A. Chauvet / C2RMF. Dessin ©J.-P. Adam

Smertrios reconstitué.

 

Pour les Parisii, gaulois matinés de celtes, ces trois divinités ne sont pas seules. La plus importante est évoquée sur un autre bloc où un taureau porte trois grues sur son dos. Il se nomme Tarvos Triganarus – le dieu au taureau, compagnon inséparable de Teutatès*** qui exige des sacrifices humains sanglants. Teutatès, encore appelé Dis-Pater, est le chef. Le Père de tous les dieux. Celui qui régit la vie de l'homme face aux aleas climatiques.

 

Image : fr.wikipedia.org/ 

Tarvos triganarus.

 

Comment le savons-nous ?

 

Grâce aux scènes que des artistes celtes ont gravées sur pierre ou métal et en particulier celles, extrêmement explicites, qui sont représentées sur un ustensile, ou objet de culte, un chaudron.  Le célèbre "chaudron de Gundestrup" **** se lit comme une bande dessinée. Il raconte la nature des sacrifices humains pratiqués sous la houlette de Teutatès.

 

*

 

* Entrée rue Sommerard, nom du collectionneur éclairé qui loue en 1833 les six pièces du premier étage de l’Hôtel des Abbés de Cluny pour y exposer ses collections à l’intention du public. L’Hôtel est construit, par les Abbés de Cluny, sur une partie des ruines des Thermes romains, achetés en 1334, pour y bâtir un pied-à-terre parisien.

 

** Les torques sont des colliers, ou bracelets, en fils métalliques tordus sur une épaisse tige. Ils sont en fer, en argent, en or. Le mot vient du latin torqueo signifiant tordre.

 

*** En celte, teuta signifie tribu – en seraient issus les Teutons. Teuta, dit-on, serait à l’origine de deutschland et de dutch, racine néerlandaise.

 

**** Gundestrup est le nom d'une tourbière danoise où, depuis très longtemps, vivent des Celtes qui, avec le temps, émigrent vers l'Ouest de l'Europe.

 

La civitas parisiorum est l'embryon de PARIS.

 

***

 

 

 

 

Alliance amérindienne.

 

Alliance amérindienne.

 

Depuis toujours les hommes ont éprouvé le besoin de sceller de manière concrète un contrat, une décision importante, une alliance. C’est ainsi que la Cathédrale de Chartres (28.000) possède, dans son Trésor, deux témoins d'une alliance passée au 17è siècle (entre 1674 et 1703) entre la Première Nation amérindienne* et la France.

 

Image : wikipedia.fr

Cathédrale de Chartres.

Début de construction 1194.

 

Des « cadeaux » sont envoyés au Clergé de Chartres par vaisseaux qui, en retour, rapportent d’autres objets destinés à partager une telle alliance. Ce sont une statue de la Vierge en argent, des chemises argentées et des reliques que conserve le  Canada.

 

Ainsi la tribu des Abenakis** et celle des Hurons-Wendat *** réunies offrent aux dignitaires religieux français deux ceintures  constituées de lanières en cuir sur lesquelles sont enfilées des perles en verre blanches et noires alternant avec des perles en coquillage, violettes et blanches. Les bordures de ces parures artisanales sont incrustées de piquants de porc-épic, vraisemblablement symboliques. L’ensemble dessine des inscriptions en alphabet amérindien et dédiées à la Vierge Marie. Il comporte 11.000 perles représentant chaque membre de la tribu.

 

Image : culture.gouv.fr/

 

Ceintures en wapums

 

Objets artisanaux devenus objets d’art et d’archives diplomatiques et historiques extrêmement rares, objets religieux, objets témoins d’une alliance attestée par les manuscrits qui les accompagnent et compréhensibles après décryptage de l’alphabet.

 

C'est après avoir découvert, à la fin du 16è siècle, les ports de pèche où ils peuvent s'abriter  que les colons français, mais aussi britanniques, poursuivent plusieurs buts. Les missionnaires christianisent, les marchands rapportent des fourrures et du poisson tandis que d’autres, à la moralité douteuse, kidnappent hommes, femmes ou enfants pour les exhiber (ou les vendre) dans les cours européennes ou dans les foires.

 

 

 

Image : axl.cefan.ulaval.ca/

Carte de la Nouvelle France.

 

Néanmoins, pour s'établir durablement, des relations paisibles sont indispensables. Des alliances militaires et commerciales assurent une sécurité que le peuple Iroquois, guerrier par nature, a tendance à fragiliser dangereusement. Constitués en Confédération dès le 16è siècle pour assurer sa coexistence avec les voisins amérindiens, les Iroquois ont vite fait de les agresser.

Guerrier iroquois.

Archives de la Ville de Montréal -

Engraved by J. Laroque -

Jacques Grasset de Saint-Sauveur (France, 1757-1810)

 

C’est ainsi que d'autres tribus, dont les Algonquins****, en partie décimés par ces redoutables voisins, acceptent aisément la présence protectrice étrangère. Ils se  disent appartenir à la Nouvelle France, adoptent sa religion et bien souvent le mariage mixte. Un tel statu quo dure jusqu’en 1763, date où la  Nouvelle France est transférée à la Grande Bretagne.

 

* Les Amérindiens sont répartis sur un large territoire proche des Grands Lacs du Canada.

 

Image : fr.vikidia.org

Région des Grands lacs canadiens.

 

**  Avant la colonisation, la tribu des Abenakis occupe le territoire devenu Nouvelle Angleterre.

  • Image : messaje-ouest.fr

Abenaki.

*** Alliés des Abenakis, les Hurons-Wendat chassent l'original parce qu'il se déplace lentement.

 

Image : fr.wikipedia.org.

Huron-Wendat

par Cornelius Krieghoff - 1868.

 

**** Les Algonquins, qui sont nomades, partagent leur culture avec les Abenakis.

 

 

***

  •  

 

 

 

 

L'escapade de Poule Rousse.

 

 

L’escapade de Poule Rousse.

 

Une histoire pour les petits.

 

 

Poule Rousse a douze petits poulets gris. La pauvre poule a fort à faire pour nourrir ses enfants chéris. Coq Rouge, son mari, les aime bien mais …  Coq Rouge ne fait rien.

Mais alors, RIEN DU TOUT !

 

Poule Rousse élève sa nombreuse famille dans un poulailler entouré d’un grillage. Une cage à poules ! Le ciel est son toit. La terre,  son plancher.

 

La nuit, Coq Rouge et Poule Rousse dorment côte à côte perchés sur un bâton. En bas, les enfants dorment serrés les uns contre les autres sur un lit de paille que Poule Rousse retape chaque matin d’un coup de patte énergique.

 

Les poussins n’ont jamais peur la nuit. Personne ne pleure. Ils savent que, tout là-haut, papa et maman veillent sur eux.

 

Image : europe1.fr/

Le premier à dormir, quand le soleil se couche lui aussi, c’est Coq Rouge. Le premier éveillé, quand le soleil se lève ? C’est encore Coq Rouge.

 

Cocorico ! lance-t-il en allongeant le cou.

Cocorico, répondent tous les coqs du voisinage.

 

 

Cocorico, insiste Coq Rouge ... allez là-dedans, tout le monde debout !

 

Poule Rousse voudrait bien dormir encore un peu … elle est fatiguée. Hélas, son Coq Rouge de mari, tout frais et reposé, s’agite bien trop sur le perchoir. Il se dandine d’une patte sur l’autre, tourne la tête comme une girouette et sa grande crête toute rouge flotte comme un drapeau.

 

Enfin, il saute à terre … et avec élégance encore.

 

Comment dormir avec un tel tintamarre ?

Image : www.picmix.com/

Poule Rousse baille à se décrocher le bec. Elle suit son mari de mauvaise humeur et fait plouf en atterrissant lourdement dans la paille. Elle est dodue, Poule Rousse … et plus toute jeune ! Elle a passé toute sa vie de poule à élever tant d’enfants qu’elle ne sait plus très bien combien elle en a eu.

 

Bon, il faut y aller !

 

Poule Rousse étire le cou, déploie ses ailes fauves en guise de toilette, se dégourdit les pattes, histoire de faire un peu d’exercice avant d’attaquer courageusement la besogne.

Cooot … Cooot … cooot, glousse maman poule avec amour.  Il est l’heure de se lever ! Debout mes trésors … Coot … coot … Ah, les voilà réveillés. Qu’ils sont beaux mes poussins jolis … Cooooot ... Allez venez, venez mes chéris …

 

Poule Rousse se met en route suivie de sa marmaille affamée. Sur leur passage, Coq Rouge s’excite soudain, comme s’il était jaloux ?

Voyez moi ça, dit Poule Rousse ! Se prendrait-t-il pour le roi de la basse-cour ? Il bat des ailes, dresse le bouquet noir de sa queue en faucille,  tord le cou en virgule pour lancer son dernier cocorico ... après quoi, lance Poule Rousse indignée, il ne fera plus rien de la journée !

 

 RIEN DU TOUT !

 

Quant à elle, pauvre mère au foyer, elle n’a pas une minute à elle. Sa première tâche est d’une importance capitale :

Apprendre aux enfants à se nourrir seuls au cas où elle serait jetée un peu trop vite dans la marmite.

Reconnaître les bonnes graines.

Image : astucesaupotager.com

Piquer les limaces avec la pince de son bec en les empêchant de s’enfuir quand elles se tortillent vertes de peur.

 

Or, aujourd’hui Poule Rousse est si courroucée qu’elle surveille à peine le petit-déjeuner.

Coq Rouge l’énerve !

 

Oh la la, comme il l’énerve …

 

Pourquoi ne s’occupe-t-il jamais des enfants ? Il est là à se pavaner, se prélasser, étaler ses belles plumes luisantes, dresser sa crête rouge comme un calot militaire, allonger ses mollets de coq tout fier de ses ergots …

Image : noellegifmania.centerblog.net

 

Ah, il se prend pour un Prince ?

 

Eh bien, s’il est Prince, alors moi, je suis Princesse ! !

 

Aujourd’hui, tout va mal. Poule Rousse en a marre. Elle ne supporte plus la routine quotidienne. Elle a envie d’escapade. Une e-s-c-a-p-a-d-e ! Oui, une escapade. Une sortie, quoi ! Des vacances …

 

Hélas, Poule Rousse ignore qu’une escapade, ça se prépare. Or, sans réfléchir une seconde, même pas une moitié de seconde dans sa petite tête de poule, elle grimpe sur le perchoir et s’envole par-dessus le grillage.

 

Image : poules-club.com

Sans élégance aucune, aussi lourde qu’un sac de pommes, elle choit de l’autre côté.

Meurtrie. Elle se remet sur ses pattes, stupéfaite d’avoir osé mais soudain, fière de son exploit, elle arrange le désordre de sa toilette ... et puis s’en va … le bec au vent, d’un cot-cot insouciant.

 

Image : abdofolio.blogspot.com

 

Poule Rousse, en vacances, saute d’une patte sur l’autre, caquette un air à la mode, fait le tour d’une salade, picore, grimpe sur le dos de la tortue, salue fort poliment le canard,boit un petit coup dans la gamelle du chien et se dit que ... finalement ... la vie est bien belle tout de même.

 

Image :mes-poules.com

 

Oh, je rentrerai à la maison …

 

mais pas tout de suite.

 

Elle glousse de liberté et glousse encore, l’œil plein de plaisir, quand soudain … deux mains de fer l’empoignent sans ménagement. Violemment soulevée de terre, Poule Rousse hurle un côôôôt  tonitruant qu’un clac métallique stoppe tout net.

 

Image : tubefr.com

 

Une paire de ciseaux lui a coupé les ailes …..

 

Et les deux mains, sans égard pour son âge, la balancent  dans le poulailler où elle s’étale peu glorieuse sous l’œil goguenard, un tantinet moqueur, de Coq Rouge.

 

Image : omlet.fr/guide/

 

C’est la honte.

 

Poule Rousse en pleure de rage, secoue ses plumes d’un air de Princesse outragée, marche de long en large en réfléchissant très fort, se plante, pattes écartées, devant le grillage maudit qu’elle nargue en hurlant :

 

Je repartirai. Foi d’animal !

 

Je repartirai ... mais la prochaine fois, je vous le jure, je préparerai ma sortie. Ils ne m’auront pas les hommes et leurs ciseaux ! Si je travaille, j'ai droit à des vacances, non ?

 

Foi de Poule Rousse, c’est moi qui vous le dis,

 

Je n’agirai plus jamais sur un coup de tête

 

 

***

 

 

Halloween en fête !

 

Halloween en fête !

 

 Image : dentelledelune.fr

 

Lorsque l’automne succède à l’été, les Celtes organisent une grande fête païenne pour entamer le  nouveau cycle de la Nature. L’An Nouveau. Samain*, c'est le nom de la fête, a lieu le soir et la nuit du 31 octobre (fin des récoltes).  Les Celtes d’Irlande, d’Ecosse, du Pays de Galles puis ... de Bretagne, créent la fameuse lanterne issue d’une légende irlandaise : une citrouille percée de trous et devenue par la suite symbole d’Halloween.

 

La légende raconte qu'un certain Jack-o'lantern est refoulé du Paradis à cause de son avarice. Il ne peut non plus entrer en Enfer parce qu'il s'est moqué du diable; Celui-ci lui remet une lanterne et le condamne à errer autour du monde jusqu'au jugement dernier. Cette lanterne, qui doit l'éclairer,  n'est autre qu'une citrouille remplie des braises de l'Enfer.

La Bretagne celtique a pendant longtemps utilisé des navets.

 

Viennent les 8è et 9è siècles.

 

Samain n’est plus guère fêté quand l’Eglise décide de célébrer la Toussaint, non plus selon la coutume après Pâques ou la Pentecôte, donc au printemps, mais le 1er novembre. Au contraire du calendrier celtique qui est lunaire - et dont la fête païenne fixée au 6è jour de la pleine lune de novembre ne peut tomber chaque année à la même date - la Toussaint  est immuable. 

 

Lorsque la grande famine irlandaise du 19è siècle s’abat sur l’île, de nombreux habitants s’exilent aux U.S.A. important leurs coutumes avec eux. Celles-ci se répandent  dans tous les pays anglo-saxons mais très tardivement en Europe.

 

Le soir du 31 octobre, Halloween, qui signifie  Eve of Hallows**, Soirée de tous les Saints, est animée par les enfants frappant de porte en porte en quête de bonbons et friandises, tout en menaçant de jeter un sort à celui qui ne donne rien :

 

Image : signaturesdecoklane.eklablog.com

 

" Trick or treat "

 

" Des bonbons ou un sort "

 

crient-ils en riant dans leurs costumes effrayants dans lesquels ils jouent les fantômes, les sorcières, les vampires et font du tapage pour séparer les morts des vivants.

 

Image : corigif.free.fr/

 

Il s’agit avant tout de chasser définitivement la  longue nuit et le froid de la saison d'hiver afin de ramener le dieu Soleil, seul à pouvoir revivifier la Nature, faire croître les récoltes et délivrer sa  chaleur.

  •  
  • A Samain, ou l'on a la faculté d’entrer en contact avec les esprits, on pense que les morts rendent une petite visite à leurs parents en cette période sombre de l’année et qu'ils sont capables de leur faire du tort ou même d'ensorceler les récoltes, voler des enfants, etc...

 

Aussi, la tradition veut que chaque foyer reçoive un brandon allumé par les druides*** assurant la pérennité du feu de renouveau, symbole du dieu Soleil bienveillant,  jusqu’à la prochaine fête de Samain. La citrouille éclairée y fait référence.  

 

Image : freepik.com/

  * Samain, signifie tout d'abord "réunion". En effet, cette fête celtique est obligatoire pour toute la société. Samain consiste à réunir, en grandes assemblées autour de banquets et de rituels païens présidés par les druides, toutes les classes de la société celte, sacerdotale, guerrière et artisanale.

 

** Le jour de la fête de tous les Saints, se dit "Toussaint", soit "All Saint's day" ou "All Hallow's day" et la nuit sainte qui précède s'appelle "All Hallow's evening". Au cours du temps, l'expression s'est transformée en "Halloween".

 

*** Les druides sont les prêtres vénérés qui pratiquent les cérémonies païennes et s'enfuient  (de Lutèce, par ex.) sous la pression romaine qui voit en eux une concurrence politico-religieuse dangereuse. Les druides, qui sont des Celtes venus de l'est, accompagnés de leurs artistes, se replient alors vers l'ouest où ils gardent jalousement leurs traditions dont nous reste le Festival de Lorient en France.

 

Quant aux sorcières, quelle que soit l'époque, elles font toujours forte impression sur les enfants et parfois aussi sur les grands !

 

 

 

***

  

 

Le Chemin des Dames.

 

 

" Le chemin des Dames."

 

 

 

Image : google.fr/ attelage louiis 15

 

Lorsqu'Adelaïde et sa soeur Victoire, filles du roi Louis XV, prennent l'attelage qui les mène de Versailles à Bové (dans l'Aisne) où se trouve la propriété de la Duchesse de Narbonne, leur Dame d'honneur, c'est pour passer de délicieux moments avec la Duchesse. Loin de la capitale, elles font de longues promenades chaperonnées sur le plateau qui surplombe la vallée où se tapit un gros bourg appelé Craonne. Accompagnées de Dames de bonne compagnie, elles aiment ces longues promenades sur un chemin qui fait déjà partie de  l'Histoire. 

 

Le Chemin des Dames*.

 

Image : klablog.com/

 

Quelques siècles plus tard, sur le plateau agréablement frais en été, retentit  la musique des guinguettes dont la plus côtée se donne un style western puisqu'elle s'appelle La Californie. Ces lieux de saines réjouissances champêtres sont entourés d'un jardin botanique et d'un zoo. Le Plateau de Californie est alors l'attraction incontournable du dimanche dans la région.

 

Le Plateau de Californie est hélas toujours célèbre de nos jours en raison des journées tragiques que vivent les combattants des deux camps pendant de la Première Guerre Mondiale. Dès 1917, une vie d'enfer se déroule  dans ses entrailles et le Chemin des Dames n'a plus rien de romanesque !

 

Pour n'avoir pu stopper plusieurs avancées allemandes à l'est, l'armée française se replie en se souvenant de l'intérêt stratégique du plateau (déjà historiquement connu**). Il est alors investi dans toute sa profondeur  ... mais les Français ne sont pas seuls. Les Allemands font de même.

 

Tranchées et tunnels profonds sont creusés sur des dizaines de kilomètres. Relevés sur des plans précis. Les grottes (creutes) sont nombreuses, profondes et répertoriées. Lorsque les Allemands attaquent une première fois, le Général Nivelle est battu. Des combats se poursuivent sans relâche pendant plusieurs mois et bien qu'une partie de l'armée allemande quitte la région et se dirige vers le nord, le Chemin des Dames est à nouveau la cible d'une attaque victorieuse d'Herr General Ludendorff qui s'empare  à son tour du plateau.

 

Jusqu'en 1940, le plateau et ses tranchées retentissent d'explosions, de tirs et de cris de douleur. Le carnage est à son comble et, tout récemment, un tunnel vient d'être découvert, le tunnel de Winterberg où 250 allemands  sont figés dans la mort.

 

 

Image : google.fr

 

Tunnel de Winterberg.

Carte des tunnels allemands.

 

Image : treziers.oc.free.fr

Carte complète des tunnels des deux camps.

 

 

* Actuellement RD 18.

 

** A l'époque gauloise, les Rêmes de Reims et les Suessions de Soissons tentent de se partager le site, profitant de sa configuration stratégique exceptionnelle. Eventuellement utile !

En 57 avant J.C., ce sont les Légions romaines de Jules César qui s'y afffrontent aux Légions de la Gaule belgique.

Napoléon y rencontre l'armée de Blücher en 1814, livrant la Bataille de Craonne qui rend célèbre le Plateau.

 

 

La Grande Guerre a marqué à jamais chaque famille et a bouleversé douloureusement la vie des soldats qu'on appelle encore avec beaucoup de sympathie  " Les Poilus ". S'ils sont revenus vivants, certains n'étaient plus que des gueules cassées méritant un profond respect.

 

 

 

***

 

 

 

Nuages noctulescents et aurores boréales

 

 

Nuages noctulescents

 

et

 

aurores boréales

 

 

Image wikipedia

 

 

Nuages noctulescents sur les tourbières de Kuresoo en Estonie

 

 

Image wikipedia.org

 

 

Nuages noctulescents au-dessus d'Uppsala en Suède

Travail personnel Gofororbit

 

 

 

Les nuages noctulescents se forment  entre 75 et 90 kms au-dessus du niveau de la mer là où la température moyenne atteint au moins -120°C.  Ils ne peuvent être vus que si le soleil n'éclaire plus les basses couches de l'atmosphère et qu'il illumine alors les formations nuageuses, ce qui les rend extrêmement brillantes et féériques.

 

 

Dans les régions nordiques, comme celle des Orcades*, iles du nord de l'Ecosse, il arrive aussi de voir le ciel illuminé par des aurores boréales.

 

A condition de regarder vers le nord, écrit Amy Liptrot,  « lorsque les particules des vents solaires chargées d’électricité entrent dans l’atmosphère terrestre, elles génèrent une vive lumière qui épouse les contours des forces magnétiques de la Terre. Ces déplacements ondulatoires créent l’aspect « dansant » des aurores boréales que les Orcadiens appellent des « merry dancers ». Les Orcades  sont assez septentrionales pour nous permettre d’observer les « joyeux danseurs » .

 

Amy Liptrot : L’Ecart.  Ed. Globe pour la traduction française. 2018.

 

La terre  est protégée par des ceintures magnétiques de plusieurs centaines de kms d'épaisseur qui arrêtent fort heureusement les particules des vents solaires destructeurs de vie. Certaines particules réussissent parfois à contourner ces ceintures magnétiques et  pénêtrer par les pôles. D'où le nom d'aurore boréale (ou polaire) dans l'Arctique  et australe dans l'Antarctique.

Il peut leur falloir deux jours pour atteindre les pôles. 

 

 

Lorsque se déclenche une violente  tempête  solaire,  une énorme quantité d'électrons et de protons issus du soleil est émise. A leur entrée dans l'ionosphère, ceux-ci s'entrechoquent avec les particules d'oxygène et d'azote de l'air et deviennent subitement extrêmement lumineux.

Au contact de l'oxygène apparaissent du vert ou du rouge. L'azote déclenche des tons de rose, violet, bleu et parfois aussi de  rouge. Les couleurs sont plus ou moins intenses selon l'énergie des vents solaires et l'altitude à laquelle se font les échanges.

Si la rencontre a lieu à environ 200 kms d'altitude, le vert dominera parce que l'oxygène y est plus dense que l'azote.

 

C'est ainsi qu'apparaissent de splendides voiles lumineux intensément colorés  qui ondulent dans le ciel nocturne pendant une dizaine de minutes.

 

Ce sont les aurores boréales** (polaires) de l'Arctique

et

australes de l'Antarctique.

 

Les "merry dancers" des Orcades.

 

 

                      

Image wikipedia:l'internaute;fr

 

 

Aurore boréale en Estonie - mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            

 

 

Photo de gauche :  Aurore boréale en Alaska.

Photo de droite :    Aurore boréale à Belfort (France)

 

Lorsque les conditions s'y prêtent, ces phénomènes sont parfois vus sous nos latitudes, comme le montre la photo ci-dessus. Aurore boréale à Belfort en France.

 

 

photofunky.net

 

 

* Les iles Orcades sont situées entre  la pointe nord écossaise et les Shetland.

Les habitants des Orcades sont généralement peu favorables à l'autonomie et encore moins à l'indépendance de l'Écosse à laquelle elles appartiennent.

 

 

 

 

 

 
 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** Voici l'origine du terme boréal qui remplace souvent polaire : dans la mythologie de la Grèce antique, Borée gouvernait les vents du nord violents et glacés. Ainsi l'hémisphère nord de la planète prit le nom d'hémisphère boréal et le pôle également.

 

 

 

 Image : photofunky.net

 

 

 

***

 

                           

 

Truffe blanche, truffe noire - le Diamant Noir -

 

Truffe blanche,

 

Truffe noire

 

ou le

 

" Diamant Noir " !

                                                 

Il est un champignon souterrain connu depuis des lustres puisque l’Antiquité égyptienne, puis romaine, en parlaient déjà. Arôme et  saveur en faisaient un élément rare (et cher) de la cuisine locale.

 

Il répond actuellement au joli nom de « truffe » mais le nom de sa famille est mycelium. Le latin vulgaire de jadis parle de tufera, déformation de tufer (truffe) venant du latin classique tuber. Le 17è siècle lui donne également le sens de pomme (de terre) – tubercule !

 

L’occitan ancien le nomme bien trufa, pour désigner sa nature, mais il est si difficile de le trouver, qu’avec le temps, le sens de tromperie lui colle aux basques ! Les truffes jouent à cache-cache et se jouent longtemps de l’homme ... jusqu’à ce que le cochon et le chien se montrent plus sensibles et rapides, grâce au flair ... de leur truffe dont forme et couleur semblent analogues à ce qu’ils cherchent ! Et voilà, la boucle est bouclée ...

 

image : longuetraine.fr

 

Modeste !

 

Si le sol est calcaire, le champignon est noir. Il se développe en 9 mois, à partir du printemps. Grossit en été pour être ramassé bien mûr de novembre à décembre. Un chêne du Périgord français (mais pas seulement)  est son habitat de prédilection où germent ses spores et où ses fines ‘radicelles’ se nourrissent de la sève de l’arbre. Il vit donc en parasite.

 

image wikipedia

 

Si ce champignon pousse en Italie (région d’Alba dans le Piémont)  la truffe est blanche.

 

image : wikipedia

 

 

Noire dehors et blanche dedans, elle peut aussi l’être dans le Périgord. Elle est alors récoltée en été mais vendue beaucoup moins chère que la noire.

 

La truffe blanche, très appréciée des bédouins, doit sa naissance aux pluies sporadiques du désert. De ce fait, la récolte, effectuée au sud de la  Tunisie et de la Lybie, est aléatoire mais les sables humides des côtes méditerranéennes sont plus fertiles. 

 

Le Koweït est friand de truffe blanche et la paie très cher sur ses Marchés aux truffes particulièrement prisés dans les pays du Golfe. Cela ne l'empêche nullement de commander du Diamant Noir français en quantité. Son prix n'est pas un obstacle !

 

Le saviez-vous ?

 

L’empreinte de la truffe d’un chien identifie un animal avec autant de précision que le font nos empreintes digitales ! La truffe du chien, bien essuyée et sèche est frottée par le pouce et l'index imprégnés d'encre spéciale. Elle est ensuite pressée soigneusement sur une feuille de papier qui en recueille l'empreinte. 

 

Depuis le 1er janvier 2013, seul le Ministère de l’Agriculture a le droit de procéder à l'identification d'un chien (ou d'un chat) et ce jusqu'à 2023.

 

***

 

 

 

 

Qu'est-ce qu'un charivari ?

 

 

Qu'est-ce qu'un un " charivari " ?

 

Selon le dictionnaire : vacarme, tapage, tumulte,  bruits discordants.

 

Lorsqu’on se remarie, au moyen-âge, il est d’usage d’organiser  un « charivari ». Une fête, donnée en l’honneur des   nouveaux époux qui sont passablement chahutés et au cours de laquelle  tous les excès sont  bienvenus. Beaucoup de bruit. Scènes  loufoques qui se terminent parfois de manière dramatique.

 

 

C’est ce qui arrive le 28 janvier 1393 lors du remariage d’une  Dame  d’honneur d’Isabeau de Bavière, épouse de Charles VI.

La scène se passe dans l’Hôtel de la Reine Blanche*, 17; rue des Gobelins à Paris (13è). Hommes et femmes sont déguisés afin de se livrer incognito à la débauche. Charles VI et cinq de ses  gentilshommes décident de jouer aux sauvages. Ils endossent des vêtements  recouverts de paille, d’étoupe et de plumes. Le tout collé par de la poix. Pour plus de « sauvagerie », ils s’enchainent ! La fête bat son plein.

 

 

 

Or, arrive le Duc d’Orléans, frère du roi. Il cherche à découvrir l’identité des « sauvages ».  Approche un flambeau ... hélas, trop près de l’un d’eux. Le malheureux  s’enflamme comme une torche. C’est le roi. Une de ses tantes a la présence d’esprit de l’envelopper dans ses châles et le glisser sous ses jupes pour éteindre les flammes. Un gentilhomme  ne trouve son salut qu’en se précipitant dans un baquet à vaisselle, tandis que les trois autres périssent atrocement brulés.

 

L’évènement est connu dans l’Histoire sous le nom de Bal des Ardents.

 

 

 

Image  : Le prisme-St Quentin-en-Yvelines

 

 

 

Charles VI, dont la santé mentale est déjà chancelante, ordonne  la destruction de l’Hôtel de la Reine Blanche. Dix ans plus tard.

 

Un charivari est une fête où l'on fait beaucoup de bruit. Il est différent d'un tohu bohu.

 

 

 

* Photo de l'Hostel de la Reine Blanche prise avant rénovation en 2002. Empruntée à Paris-avant.com

 

 

***

 

 

Le tilapia au secours des grands brûlés.

 

 

 

Le tilapia

 

au secours des grands brûlés.

 

Proche parent de la carpe, le tilapia est un poisson d’eau douce mais que l’eau salée de la mer ne dérange pas pourvu qu’elle soit chaude – de 15°C à 32°C. Dans ces conditions idéales pour l’espèce, on le trouve un peu partout y compris dans les bassins d’élevage car facile à nourrir ! Il mange presque tout et se reproduit rapidement dans peu d’espace. Un tilapia mâle grossit deux fois plus vite qu’une femelle jusqu’à peser 4 à 5 kgs et atteindre 60 à 70 cm. Sa rentabilité économique est donc excellente !

 

Image : fr.depositphotos.com

 

Le tilapia est un poisson très nutritif dont la chair blanche, dépourvue d’arêtes et peu chère, est riche en Omega-3, protéines, vitamines B3 et B12, phosphore, potassium, magnésium et fer. Son goût est très agréable et il se prête parfaitement à de nombreuses recettes culinaires.

 

Image : chefsimon.com/

On conçoit alors combien il est avantageux de l’élever*, non seulement en tant qu'aliment mais aussi, et plus surprenant,  à des fins « thérapeutiques » et notamment à la reconstruction et à la cicatrisation des plaies de grands brûlés ou de diabétiques.

 

La peau du tilapia possède des vertus insoupçonnées. Riche en protéine cicatrisante, donc en collagène, la peau de ce poisson en contient beaucoup plus que la peau humaine. De plus, posée à même la brûlure, elle y adhère totalement et son  degré élevé d’humidité et de résistance en font un pansement adhésif idéal et nourrissant. Un "tampon", une barrière hermétique  contre les infections extérieures. Et ce, jusqu'à guérison complète.

 

 Ainsi la guérison est plus rapide qu’avec les traitements traditionnels où l’infection est toujours le risque majeur et redouté. En une dizaine de jours, une brûlure superficielle se guérit aisément. Lors d'une atteinte plus sévère, la peau de tilapia est renouvellée plusieurs fois mais les pansements moins fréquents n’entament pas la cicatrisation débutante, ce qui est très appréciable pour les patients dont la douleur est considérable à chaque fois qu'un pansement traditionnel doit être changé.

 

Avant de la destiner à l'utilisation médicale, le traitement de la peau de tilapia est rigoureusement observé : stérilisation en bacs désinfectants (chlorhexidine et glycérol) suivie d'irradiation en laboratoire afin d’éradiquer tout virus. Puis la peau est emballée et gardée au frais où elle peut être conservée deux ans. C'est ce que fait un laboratoire de recherche de Saô Paulo au Brésil.

 

 Image  : reponse-conso.fr

 

* Elever des tilapias en grande quantité, pourquoi pas en faire une industrie,  pourrait résoudre le problème crucial du manque de greffons humains. Il est très difficile de se procurer de la peau humaine. La Banque de peau n'a en réserve qu'1% des besoins mondiaux. Disposer d'une Banque de peau de tilapia, réglementée par les services officiels de santé, serait une aide puissante dans le traitement des brûlures ou des pertes de substance liées également à d'autres pathologies qui retardent ou empêchent toute cicatrisation.

 

 

***

 

 

 

Pages