Flammes éternelles.

Naturelles ou artificielles.

En certains lieux de la planète, des flammes brûlent en permanence témoignant de la présence de gaz enfouis dans le sol à des profondeurs variées pouvant atteindre plusieurs centaines mètres.

Certaines flammes proviennent de  roches où la température peut frôler les 100° et qui dégagent du gaz de schiste qui brûle à l'air libre. Cependant toutes les roches ne dégagent pas une température aussi élevée. En certains endroits, où l'on extrait déjà ce gaz, elles ne dépassent pas  60 ou 70° ! Il est donc probable que beaucoup plus de gaz de schiste, que nous ne le pensons actuellement,  soit exploitable.  Cependant, d'après ce que l'on sait, le schiste doit atteindre une température d’environ 100°C pour que sa structure carbonée se fracture et engendre la fragmentation des molécules de gaz.

Si les surgissements de flammes se font plus nombreux à certaines périodes, ils sont dus aux mouvements des plaques tectoniques qui  libèrent le passage des gaz. Quant à leur intensité, elle est très variable car le dégagement gazeux est soumis au poids de la pression atmosphérique.  Chaque gaz, hydrogène, azote, dioxyde de carbone, méthane, hélium, éthane, etc. y est sensible différemment.

Les tourbières, zones plus ou moins marécageuses ou tout au moins très humides et constituées de l'accumulation et de l'enfouissement de végétaux qui se sont dégradés au cours du temps long, sont enfouies sous une croûte les isolant de l'oxygène. Elles sont extrêmement inflammables par méthanisation.

Image : deposit.com

Flamme de tourbière à Chimère en Turquie.

Une seule petite flamme incendie d'immenses surfaces en courant sournoisement dans l'épaisseur de la tourbe pour ressortir à des centaines de mètres de l'origine du départ de feu. Elle cause les incendies les plus longs et les difficiles à éteindre totalement.

Il arrive qu'un éclair orageux allume une arrivée de gaz naturel proche de la surface de la terre. Ce n'est pas rare avec le méthane, très volatile. Il arrive aussi que l'homme soit directement responsable comme ce fut le cas d'un berger azerbaïdjanais qui, près de Bakou, mit accidentellement le feu à une fuite de gaz qui brûle encore 70 ans après !

Image : futura-sciences.com/bardintzeff/

Des flammes d’un mètre de haut sortent

d’une fracture longue de 5 à 6 mètres.

Image : wikipedia.org/

Schéma d'embrasement d'une veine de charbon.

A 30m de profondeur, dans la Montagne Brûlante australienne, une veine de charbon brûle depuis ... 6.000 ans ...

 * Par la fonte du permafrost causée par le réchauffement climatique, le méthane dégagé est source d'une très grave augmentation de gaz à effet de serre.

 ***

Type de contenu