Monuments funéraires népalais.

 

Monuments funéraires népalais.

 

Photo de Michel Depoorter.

Chörtens de la Tsum Valley.

La Tsum Valley népalaise, ou " Vallée cachée du bonheur "-" Vallée de la non-violence ",  tient son nom du tibétain tsombo. C'est une vallée himalayenne encaissée entre des massifs géants de plus de 6.000 m. où demeurent les dieux.

Image : report.territoriesoflife.org

Tsum Valley et ses 33 villages.

 

La frontière tibétaine est à 15 kms de Nile,

dernier village de la Vallée.

 


Imag  : routard.com/

Carte du Népal.

 

L'habitat* se situe entre 1.905 et 3.100 mètres d'altitude, réparti en 33 villages dont la règle de vie est la non-violence, régie par des lois et une administration locale à laquelle tout un chacun participe activement.

Bien que la neige et sa fonte prématurée soit un facteur inquiétant pour la maintenance des cultures vivrières, la Tsum Valley récolte du blé, haricots, pommes de terre et légumes ainsi que de la moutarde. L'élevage mais aussi l'artisanat traditionnel, tel que peinture sur tissus et bois, sculpture sur pierre, vêtement tissé traditionnel et tapis, assurent encore le quotidien dont le tourisme est friand. Celui-ci est de plus en plus restreint afin de préserver l'environnement, l'approvisionnement des villageois et la tradition dont les Népalais sont fiers.

 

Au-dessus des villages, la région est riche d'un champignon**  dont les propriétés font leur principale source de profit à laquelle les Chinois ne sont pas indifférents.

 

La Tsum Valley conserve une fervente tradition religieuse et recèle des monuments bouddhistes, isolés ou en groupes, sortes de tumuli de pierres sans espace intérieur, et dont la base géométrique comporte plusieurs degrés censés représentés les plis des robes de  moine.

 

A l'intérieur de ces monuments funéraires, les chörtens, peut se trouver, ou non, une relique prélevée dans les cendres de Bouddha qui, après sa crémation, ne sont distribuées qu'aux 8 rois présents à la cérémonie.

A défaut de véritable relique, certains chörtens abritent quelques objets personnels, d'autres sa doctrine et quelques uns ne sont qu'un sanctuaire commémoratif de sa mort.

 

Un tel lieu est  dénommé stupa dans d'autres régions et se reconnait à son architecture.  Un stupa repose souvent sur un socle carré de trois marches, dont la signification est identique à celle du chörten. Par contre, le monument est plus élégant et semble moins primitif. Parfois, chörten et stupa se côtoient.

 

Photo de Michel Depoorter.

Alignement de stupas.

* Les habitants de la vallée du Tsum qui contourne le massif du Manaslu n'ont toujours pas été influencés par la culture chinoise du nord qu'ils redoutent et rejettent violemment.

Image : google.fr/search

Situation géographique du Népal.

La population comporte de nombreux émigrés du Tibet qui ont fui lors de l'invasion chinoise et parlent toujours tibétain. Ils préservent jalousement leur culture sacrée bouddhiste contre toute influence extérieure, même occidentale, que pourraient véhiculer les touristes.

 

** Le Yarsha Gumba est un champignon qui pousse au printemps népalais, et tout particulièrement dans la Tsum Valley, à 4.000m d'altitude.  Ses principes stimulants sont l'équivalent du Viagra. A la belle saison, les villageois se précipitent pour déterrer dans les alpages ces minuscules "bienfaits des dieux" que la Chine achète jusqu'à 6.000 euros le kilo.

C'est une source de revenu non négligeable pour les habitants dont la vie est très rude.

 Image : indiatimes.com
Champignons Yashar Gumba.

 

 

Bouddha est le maître religieux vénéré de tout Népalais.

 

***
 

 

 

 

Type de contenu