La violence et Dom Helder Camara.

 

 

La violence

et

Dom Helder Camara

 

 

 

 

Image : wikipedia.fr

 

 

 

« Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’Hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

 

Texte paru dans la Lettre Médecine du Sens n° 232

 

 

Image : erasmusu.com/fr

 

Bidonvilles, appelés localement favelas.

 

Emu, révolté par la pauvreté* dans le monde, la pauvreté au Brésil et dans son diocèse en particulier, à Recife, l'archevêque Dom Helder Camara (1909-1999) critique ouvertement la dictature militaire qui tente de le museler et le qualifie d' "évêque rouge".

 

Qu'à cela ne tienne, il réplique :

 

« Je nourris un pauvre et l'on me dit que je suis un saint. Je demande pourquoi le pauvre n'a pas de quoi se nourrir et l'on me traite de communiste. »

 

 

 

         

 

 

Image :  erasmusu.com/fr

 

Favelas

 

Dom Helder Camara est un non-violent, à l'instar de Martin Luther King et de Gandhi**. Opposé à la dictature des généraux qui s'instaure en 1964 et durera une vingtaine d'années, il fait des conférences à l'étranger pour dénoncer la pauvreté dans le monde et l'insalubrité des conditions de vie de millions de déshérités, les ventes d'armes au Brésil ainsi que la guerre au Viet Nam.

 

Ce qui n'a pas l'heur de plaire à l'épiscopat*** de son pays !

 

Et Dom Helder Camara n'est pas seul à prôner une réforme sociale. Joao Goulart, leader du parti travailliste brésilien, se fait aussi accuser de communisme. La bourgeoisie et les militaires s'organisent pour imposer une diactature afin de lutter contre la subversion de la menace communiste ... totalement infondée ! Les "années de plomb" (1969-1974) sont les plus répressives mais peu à peu les étudiants et l'opinion se retournent contre les 5 généraux qui se sont succèdés. Ils parviennent à faire tomber définitivement le gouvernement militaire. Aucun de ses membres, ainsi que ses boureaux, n'est jugé. Presque tous amnistiés ...

 

 

 

* La pauvreté qui fait mourir de froid des centaines de malheureux révolte un autre prêtre, français, en 1954.

 

** Le 20è s. est marqué par la présence de grands hommes profondément humains, humanistes autant que courageux. Comme Ghandi, Dom Helder Camara vit avec une grande sobriété et provoque un profond respect dans le monde latino-américain en particulier. Le Dalaï Lama  milite pour l'accession à l'indépendance des peuples, non par la guerre mais par la non violence.

 

*** Le Vatican reconnait son engagement et son dossier de béatification est en cours depuis 2019.

 

 

***