Le Laos

 

Le Laos

 

 

Image : laosautrement.com

 

 

A une époque encore indéterminée qui, selon les chercheurs, va de l’âge de fer jusqu'au 10è ou 13è s., le peuple laotien* pratique des coutumes funéraires qui pourraient rappeler celles des premiers siècles européens !

Jadis, la mortalité générale est très élevée au Laos. Grâce aux analyses dentaires effectuées par les  chercheurs sur les ossements découverts récemment dans des "sites funéraires", on estime que 60% des décédés sont  des enfants. Partant d’une constatation qu’une majorité d’enfants (du nouveau-né  à l'âge de 15 ans) sont inhumés dans des jarres et non des tombes, les similitudes avec les coutumes** culturelles celto-gauloises interpellent car les jarres sont des ustensiles communément utilisés pour la conservation de liquides ou d'aliments.

 

Cependant des incertitudes demeurent quant à la temporalité des évènements. La "mise en jarre"  a-t-elle lieu au moment du décès ou non ?

 

Image : mystere-et-insolite.

 

La Plaine des jarres.

 

On estime à 8.000 le nombre de défunts gisant dans  ces « cimetières» dont 79 sites sont actuellement répertoriés et dont le plus connu est enregistré au Patrimoine mondial de l’UNESCO sous le nom de « Plaine des jarres ».

 

* De population très jeune, le Laos actuel compte  6 millions 500.000 habitants. En majorité bouddhistes mais aussi animistes, ils côtoient une minorité chrétienne et musulmane. Bien que le pays soit détenteur de richesses minières - bauxite, cuivre, zinc et or, saphir et rubis mais encore étain, fer et charbon, le revenu moyen de 2 dollars/jour et par habitant ne lui suffit pas pour profiter de la modernité qu'il a adoptée. Modernité et richesses concrétisées par des casinos, des tours et de luxueux magasins, tout au moins dans sa capitale, Vientiane. Tous investis par des milliardaires dont certains appartiennent au Parti Unique Révolutionnaire Populaire Laotien depuis qu’en 1975 la monarchie fut renversée par les communistes.  

 

 

** Des ustensiles de cuisine,  poteries et plats couverts  ont été retrouvés sur différents sites de fouilles. Ils contiennent des squelettes de  bébés ou de très jeunes enfants. On peut envisager que, la symbolique aidant, ces petits êtres pas encore tout à fait terminés  sont censés  achever leur formation, leur "cuisson", comme un aliment. Pourquoi pas ?

 

Dans le même esprit, les ustensiles, retrouvés près des corps déposés dans leur petite excavation, ont certainement contenu de la nourriture ou du lait pour les nourrir   quelques temps encore et leur permettre de poursuivre leur croissance. Pourquoi pas ? Ce ne serait pas irrecevable !

 

En effet, jusqu'au milieu du Moyen-âge, l'enfant est considéré comme un être inachevé tant qu'il n'a pas atteint la puberté. Il est en devenir.

 

 

Le Laos attire encore trop peu de touristes bien que sa frontière de l'est ne soit qu'à quelques dizaines de kilomètres de la célèbre et splendide baie d'Along vietnamienne.

 

 

Image : labalaguere.com

 

***