Nuages noctulescents et aurores boréales

 

 

Nuages noctulescents

 

et

 

aurores boréales

 

 

Image wikipedia

 

 

Nuages nuctulescents sur les tourbières de Kuresoo en Estonie

 

 

Image wikipedia.org

 

 

Nuages noctulescents au-dessus d'Uppsala en Suède

Travail personnel Gofororbit

 

 

 

Les nuages noctulescents se forment  entre 75 et 90 kms au-dessus du niveau de la mer là où la température moyenne atteint au moins -120°C.  Ils ne peuvent être vus que si le soleil n'éclaire plus les basses couches de l'atmosphère et qu'il illumine alors les formations nuageuses, ce qui les rend extrêmement brillantes et féériques.

 

 

Dans les régions nordiques, comme celle des Orcades*, iles du nord de l'Ecosse, il arrive aussi de voir le ciel illuminé par des aurores boréales.

 

A condition de regarder vers le nord, écrit Amy Liptrot,  « lorsque les particules des vents solaires chargées d’électricité entrent dans l’atmosphère terrestre, elles génèrent une vive lumière qui épouse les contours des forces magnétiques de la Terre. Ces déplacements ondulatoires créent l’aspect « dansant » des aurores boréales que les Orcadiens appellent des « merry dancers ». Les Orcades  sont assez septentrionales pour nous permettre d’observer les « joyeux danseurs » .

 

Amy Liptrot : L’Ecart.  Ed. Globe pour la traduction française. 2018.

 

La terre  est protégée par des ceintures magnétiques de plusieurs centaines de kms d'épaisseur qui arrêtent fort heureusement les particules des vents solaires destructeurs de vie. Certaines particules réussissent parfois à contourner ces ceintures magnétiques et  pénêtrer par les pôles. D'où le nom d'aurore boréale (ou polaire) dans l'Arctique  et australe dans l'Antarctique.

Il peut leur falloir deux jours pour atteindre les pôles. 

 

 

Lorsque se déclenche une violente  tempête  solaire,  une énorme quantité d'électrons et de protons issus du soleil est émise. A leur entrée dans l'ionosphère, ceux-ci s'entrechoquent avec les particules d'oxygène et d'azote de l'air et deviennent subitement extrêmement lumineux.

Au contact de l'oxygène apparaissent du vert ou du rouge. L'azote déclenche des tons de rose, violet, bleu et parfois aussi de  rouge. Les couleurs sont plus ou moins intenses selon l'énergie des vents solaires et l'altitude à laquelle se font les échanges.

Si la rencontre a lieu à environ 200 kms d'altitude, le vert dominera parce que l'oxygène y est plus dense que l'azote.

 

C'est ainsi qu'apparaissent de splendides voiles lumineux intensément colorés  qui ondulent dans le ciel nocturne pendant une dizaine de minutes.

 

Ce sont les aurores boréales** (polaires) de l'Arctique

et

australes de l'Antarctique.

 

Les "merry dancers" des Orcades.

 

 

                      

Image wikipedia:l'internaute;fr

 

 

Aurore boréale en Estonie - mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            

 

 

Photo de gauche :  Aurore boréale en Alaska.

Photo de droite :    Aurore boréale à Belfort (France)

 

Lorsque les conditions s'y prêtent, ces phénomènes sont parfois vus sous nos latitudes, comme le montre la photo ci-dessus. Aurore boréale à Belfort en France.

 

 

photofunky.net

 

 

* Les iles Orcades sont situées entre  la pointe nord écossaise et les Shetland.

Les habitants des Orcades sont généralement peu favorables à l'autonomie et encore moins à l'indépendance de l'Écosse à laquelle elles appartiennent.

 

 

 

 

 

 
 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** Voici l'origine du terme boréal qui remplace souvent polaire : dans la mythologie de la Grèce antique, Borée gouvernait les vents du nord violents et glacés. Ainsi l'hémisphère nord de la planète prit le nom d'hémisphère boréal et le pôle également.

 

 

 

 Image : photofunky.net

 

 

 

***