Peinture moderne du divin à Taïnan.

 

 

Peinture moderne du divin à Taïnan.

 

 

 

Taïnan, au sud ouest de l'île tawaïnaise, est la ville qui possède le plus grand nombre de temples. Tous sont d'une grande richesse artistique.

 

Dans le temple de Puji*, on admire Chifu Wanguye, divinité qui assure la protection du temple.

 

 

 

Photo de Pang Chia-shan

 

 

Peinture murale

représentant Chifu Wanguye

 

C'est une fresque moderne récente que réalise l'artiste contemporain José Hsu**, fervent partisan de modernité recpectueuse de la tradition, et mandaté par l'Association de Recherche Culturelle et Historique de Puji en accord avec l'administrateur du temple.

 

Chifu Wanguye est un chef militaire du 7è s. qui se dévoue et meurt pour empêcher une épidémie de peste de se propager dans l'île. Il mérite alors d'être élevé au rang divin. Il est représenté le visage noirci par le poison que le dieu de la peste, en colère de n'être parvenu à ses fins, lui a donné pour se venger. José Hsu, fortement imprégné d'art ancestral et de religion locale, décide de créer une représentation moderne sans altérer la tradition.

 

Constamment soumis à l'influence  des innombrables temples au milieu desquels il évolue dans sa ville natale, depuis son jeune âge, il n'a cependant aucun mal à transmettre l'influence de son séjour en Espagne où il a appris l'art de manier les couleurs et les formes sur des sufaces murales.

 

Certaines de ses œuvres les plus remarquables recouvrent les murs de l’un des plus anciens quartiers de la ville, dans la rue Xinmei par exemple, près du grand temple de Matsu à Tainan.

 

 

 

Photo : Pang Chia-shan / MOFA

 

 

Rue Xinmei  

 

Pour José Hsu, le processus de création représente avant tout une quête pour cultiver son propre style. Ce concept transparaît aisément dans le mélange original et réussi de tradition et de modernité, d’influences orientales et occidentales qui se côtoient dans ses oeuvres murales notamment.

 

 

 

Photo : Pang Chia-shan / MOFA

 

 

Le dieu du vent s'élève

sur fond de ciel étoilé.

 

En effet, lors d'un long séjour en Espagne, ce peintre, ouvert aux influences étrangères, a appris à utiliser des couleurs et des formes qu'il applique notamment sur les murs de cette  rue, devenue célèbre à Tainan. Ses réalisations sont en harmonie totale avec les lieux et c'est ce que désire l'artiste qui, pour une grande précision, appuie son bras sur une perche.

 

 

 

 

José HSU

 

* Puji  (651-739) est vénéré  en tant que 7è Patriarche de l'Ecole du Nord***du bouddhisme Chan. On lui donne le nom de Moine ou de Vénérable.

 

** José Hsu  est né à Taïnan en 1976.

 

*** Il y a trois grandes Ecoles du Bouddhisme. Chacune possède un courant différent. Néanmoins, il n'y a aucune rivalité négative les opposant l'une à l'autre. Cette diversité est en réalité leur richesse. La multiplicité de l'enseignement fait la force du bouddhisme dans le monde au contraire des rivalités opposant les différentes orientations du christianisme. L'Eveil de Bouddha est l'objectif ultime et commun qui rassemble les adeptes du monde entier.

 

De nombreux artistes taïwanais contemporains s'inspirent d'évènements officiels pour s'exprimer et exposer. Le Nouvel An chinois est une parfaite occasion.

 

 

***