Peintures rupestres au Tchad.

 

 

 

Peintures rupestres au Tchad.

 

 

Une B.D. qui raconte la vie quotidienne ...
 

 

 

 

 

 

Sous ces roches insolites, la moindre parcelle d'ombre est la bienvenue.

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que les nomades se reposent, leurs montures pénêtrent dans le canyon où ils ont l'habitude de se désaltérer. C'est l'entrée des grottes de la "guelta* d'Archeï ", sur les parois desquelles des peintures millénaires trâcent la vie des autochtones qui, en des temps très  anciens, habitent la région : ci-dessous, ce sont des guerriers équipés de boucliers et de lances.   Entourés d'animaux., ils sont grands et  minces évoquant les Nubiens géographiquement  proches.

 

 

 

 

 

 

Photo de George Steinmetz,

 

National Geographic

 

Guelta d'Archeï.

 

 

 

 

 

 

Image : horizonsnomades.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans cette partie du Tchad, vivent aussi des chevaux

 

et l'on caracole à dos de chameau* !

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce site culturel est loin d'être unique. A l'époque où le climat était agréable et la verdure présente en raison de l'humidité, on estime que 3.000 à 4.000 sites de peintures rupestres  ont été créés. Les photos ci-dessus  ont été prises dans le Massif de l'Ennedi, partie nord-est du  désert.

 

 

Malheureusement, depuis quelques années, des vandales (qui sont  parfois des touristes) détériorent ces chefs-d'oeuvres en les taguant à la peinture. Chefs-d'oeuvres inscrits au Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO en 2015.

 

 

* La guelta est une outre en peau dans laquelle le nomade transporte et conserve l'eau. Ici, la Guelta d'Archeï  est une longue cuvette incurvée remplie d'eau et abritée du soleil par les hautes falaises de grés où les chameaux se désaltèrent. Avec le temps, leur fumier a rendu l'eau noirâtre comme le montre la photo.

 

 

** Sachant que le chameau n'est introduit au Sahara qu'il y a environ 2.000 ans, on peut supposer que ces peintures ne sont pas plus agées tandis que, dans d'autres régions, elles peuvent atteindre 4.000 ans. Dans le Massif de Terkei, au nord d'Archeï, par exemple.

 

Bien que très différentes par ce qu'elles nous apprennent, ces peintures ne sont pas sans évoquer celles du Pays dogon, sur la falaise de Bandiaghara au Mali.

 

 

Toutes les images sont des "captures d'écran"

 

 

***