Phénomènes lumineux furtifs.

 

Phénomènes lumineux furtifs.

Notre planète est enveloppée dans ce que nous appelons grossièrement l’atmosphère ou sphère de vapeur (atmos). Celle-ci est elle-même composée de plusieurs couches dont il est impossible de déterminer avec précision les limites qui les dissocient.

Nous vivons dans la troposphère* qui s’élève du sol jusqu’à une dizaine de kms. C’est le domaine des météorologues.

Au-dessus, jusqu’à environ 50 kms., s'étend la stratosphère** où se trouve la couche d’ozone dont la particularité est de conserver les émissions électromagnétiques du Soleil.

 

Au-delà, la mésosphère***, limitée à 80 kms, est coiffée par la thermosphère**** qui atteint bien plus que  800 kms.

Au-dessus ... l'exosphère atteint, pense-t-on 190.000 kms environ ....  et ce n'est même pas encore l'infini !

Lorsqu’un orage éclate, des perturbations puissantes se produisent dans la haute atmosphère. Hormis les éclairs bien connus, des émissions lumineuses extrêmement furtives apparaissent également. Non pas avec la rapidité et  le "design" d'un éclair, mais  d'une durée de seulement quelques secondes si bien qu’on a à peine le temps de les voir et encore moins de les photographier.

Image : futura-sciences.com

Elves

Selon une dénomination internationale, ces émissions lumineuses furtives sont nommées elves : "Emissions of Light and Very-low-Frequency" ou encore "Perturbations due to electromagnetic pulse sources". Soit dit en français : émissions de lumière et de perturbations de très basse fréquence causées par des impulsions électromagnétiques.

Image : futura-sciences.com

Elves photographiées de nuit.

* Troposphère. Du grec tropos tour – en référence aux mouvements rotatoires et aux turbulences qui en sont sa caractéristique. 

** Dans la stratosphère  (stratos, étendu), le mélange des gaz  s'y fait horizontalement. Son activité y est beaucoup plus intense que dans les couches où les gaz sont agités verticalement.

*** La mésosphère est au milieu : mesos – Les données connues sont peu nombreuses. Les relevés impossibles à effectuer car cette couche médiane est trop haute pour les avions et trop basse pour les satellites artificiels. Les seules informations viennent des fusées-sondes.

Ainsi on sait que sa température est de -150° et qu’elle est 1 million de fois plus aride que les déserts.

**** Quant à la thermosphère, de thermos - chaleur - c'est l’énergie cinétique des molécules d’air qui, avec l'altitude,  en augmente la température bien au-delà de 1.000° C. C’est dans cette couche atmosphérique supérieure, où la pression est au contraire très faible, que circulent les navettes spatiales. 

Image : futura-sciences.com

Schéma des différentes couches atmosphériques.

Les ELVES sont certes un peu "magiques" aux yeux du profane mais plus impressionnants, parfois terrifiants, sont les orages volcaniques. Pire ...les orages perpétuels ! 

***

Type de contenu