Pourquoi Hôpital de la Salpétrière ?

 

 

 

Pourquoi  « Hôpital de la Salpêtrière » ?

 

 

Nous sommes au 14è siècle. L’humidité qui sévit  dans Paris depuis des siècles est considérable.  Elle est cause de la   formation de nitrate de potasse, le salpêtre*.  Nocif  certes  mais utile ! Indispensable à la fabrication  des munitions. Le Fermier Général, mandaté par le  Roy, récolte  sans aucune rémunération  le salpêtre chez l’habitant. Tous les 14 mois. Une obligation. Monopole d’Etat !

 

Il est entreposé dans un arsenal,  producteur de poudre à canon,  jusqu’en 1656 où Louis XIV le fait transférer  à la Cartoucherie de Vincennes.

Dès son transfert, l’arsenal est détruit et sur le terrain est alors construit l’Hôpital de la Salpêtrière qui n’a aucune fonction médicale ! Son rôle est d’accueillir -  à moins que ce ne soit d’exclure -  enfants, orphelins, mendiants et marginaux ainsi que  femmes de « petite vie ». Y sont  « détenus »  8.000 exclus.

 

 

 

 

 

 

"Conduite des filles de joie à la Salpêtrière par Etienne Jeurat.1755

 

 

En 1612 - a déjà été aménagé, non loin de là**,  un autre lieu d’accueil de mendiants et orphelins.  L’Hôpital de la Pitié, sous la protection de Notre-Dame-de-la-Pitié.  En 1657, il est  déclaré dépendance et  annexe de l’Hôpital de la Salpêtrière.

En 1896, on bâtit un nouvel Hôpital de la Pitié,  jouxtant  celui de la Salpêtrière et dont l’inauguration a lieu en 1913. Les deux hôpitaux fusionnent en 1964 - officiellement dénommé Groupement hospitalier Pitié-Salpêtrière-Charles Foix  en 2012.

 

 

 

 

 

 

"Une leçon clinique de Charcot par André Brouillet en 1887

 

A la fin du 19è siècle, Charcot fonde la célèbre Ecole de Neurologie de la Salpêtrière.  Il y enseigne (à l’intérieur de l’asile) l’hystérie et les troubles psychiatriques qu’il considère comme étant des troubles neurologiques.

Les malheureux patients  sont objets d’exhibition et d’amusement  dont la Presse de l’époque et le Tout Paris bourgeois sont friands. En témoignent  le Bal des Folles et le Bal des Enfants Epileptiques, organisés pour la Mi-Carême.

 

 

 

 

 

 

" Le bal des folles à la Salpetriêre "  par José Belon, Paris 1890

 

1921, l’asile d’aliénés est fermé.  L’hospice est dissout en 1968.

 

*Du nom latin  salpetrae,  sel de pierre.   La collecte obligatoire du salpêtre  ne cesse qu’au début du  19è s. lorsque le chimiste Lavoisier découvre le  composant  de la poudre à canon qu’il  nomme azotate ou nitrate de potasse.

 

** Sur l’emplacement actuel de la Grande Mosquée de Paris, quartier du Jardin-des-Plantes du 5ᵉ arrondissement.  

 

 

 

***

 

 

Type de contenu