Aigues-Mortes et les marais-salants.

 

 

Aigues-Mortes

et

les marais-salants.

 

Image : cartes-2-france.com

 

En Occitanie, au sud de la France, ce sont de sublimes et vastes  marais roses ponctués de tas de sel blanc dont les cristaux scintillent sous le soleil du midi.

 

Image : france3-regions.

 

Roses parce qu’y poussent en abondance des algues adaptées aux eaux très salées (Danaliella Salina) et qui fabriquent un pigment, le bêta-carotène, grâce à l’intensité de la lumière solaire surtout estivale. Elles nourrissent et colorent les crevettes que mangent les flamants dont la couleur rose plus ou moins intense se répartit dans leurs plumes de  manière irrégulière.

 

Image : zoodelahautetouche.fr

 

Depuis des lustres, le Rhône* se jette dans la Méditerranée en un vaste delta marécageux d’eau stagnante parce que son débit est trop faible. Ce sont des eaux mortes. Aquae mortuae disent les Romains du temps de l’occupation. Aguas Mortas** en occitan. D’où le nom d’Aigues Mortes donné au village que Saint Louis choisit  de fortifier pour en faire un port ouvert sur la Méditerranée afin d’y embarquer pour Jérusalem et de se libérer des transports de troupes par la marine italienne.

 

Il part pour la 7è croisade, en 1248.

 

Image : wikipedia.fr

 

Départ d'Aigues-Mortes, sur un chenal creusé dans le marais de Peccais.

 

Image : wikipedia.fr

 

Le voyage maritime est plus sûr,

moins long et fatiguant

que par les routes terrestres !

 

On dit qu'un fonctionnaire romain, Peccius, est chargé, dès les premiers siècles, d'exploiter le sel des marécages, déjà récolté au néolithique. Le premier salin se serait nommé Peccais, à l'emplacement d'Aigues-Mortes.

 

 A peine 1m au-dessus du niveau de la mer, les eaux stagnantes sont constamment recouvertes par la Méditerranée. L’intense évaporation, due à l'omniprésence du soleil, permet au sel d’être facilement recueilli.  Le Moyen-Age ne dispose pas de moyens réfrigérants pour conserver la nourriture et pour cela le sel, indispensable à la vie, est une valeur sûre. Très chère. Rare. Son transport dans le royaume est fastidieux, long et coûteux. Considéré comme une richesse, le sel est donc surveillé et protégé contre le vol et la fraude puis entreposé dans des greniers à sel (1342) et même,  dans des églises,  pendant la Révolution (1793).

 

Monopole royal, il est tout naturellement l’objet d’un impôt qui assure 6 % du revenu du royaume d’autant qu’il est abondamment utilisé en  tant que salaison conservatrice de viandes et poissons ainsi qu'en apport nutritif pour les animaux. Parfaitement organisée, la répartition de l'impôt est cependant inégale et complexe sur l'ensemble du royaume.

 

 

 

Image ! wikipedia.fr

Carte de répartition de la gabelle.

 

 

De qabala arabe ou gabela italien, la taxe se nomme la gabelle, déjà existente pour d'autres denrées comme le tabac. C’est la gabelle, que perçoivent les gabelous, fonctionnaires dédiés extrêmement sévères et zélés. La gabelle est perçue jusqu'à à la fin de l'Ancien Régime durant lequel, grâce à la valeur élevée du sel, elle est une monnaie d'échange. (D'où l'expression : la facture est salée !). Précédemment en effet, une ration de sel, salarium en latin, correspond  à un paiement, un salaire.

 

 

 

Image : wikipedia.org

 

 

Bail des gabelles.

 

 Musée des marais-salants

à Batz-sur-Mer (Loire-Atlantique).

 

 

Le sel dit " de mer " est récolté dans d'autres endroits de France et de la planète mais tous les marais-salants ne sont pas dotés de cette couleur rose. Les différents tons multicolores observés sont dus aussi à la quantité de sel contenu dans la mer et au niveau d'évacuation de l'eau. C'est le cas, entre autres, des salins de l'ile de Socotra en mer d'Arabie.

 

Il est un autre sel, le sel gemme, exploité dans certaines régions de France et du monde ensevelis sous les eaux marines pendant des millions d'années. Lorsque la mer s'est retirée, l'eau s'est évaporée, le sel s'est déposé. Dépourvus d'humidité, les cristaux de chlorure de sodium se sont agglomérés en  blocs sous forme de pierre. Plus pûr, parce que non raffiné par des produits chimiques, on appelle ce sel halite. du grec hals, sel et lithos, pierre.

Le plus beau, le plus cher, serait celui de l'Himalaya, exploité au Pakistan. Il est rose, plus ou moins foncé et d'une plus grande teneur en minéraux.

 

 Image : mesepices.com

Le sel gemme est utilisé dans l'industrie des adoucisseurs d'eau, savons et détergents, fabrication du papier, réglage de  couleurs des textiles, etc.

 

* L'eau du Rhône, comme celle de toutes les rivières, n'est pas salée parce que l'eau de pluie, qui est une eau douce et l'alimente depuis la source, ruiselle trop rapidement sur les roches en se chargeant de minéraux. L'eau du Rhône se déverse  dans le delta où ces mêmes minéraux stagnent et leur densité augmente avec l'évaporation. D'où sa richesse en sel.Quant aux mers, elles sont salées naturellement parce que les volcans sous-marins ont accru leur acidité qui érode les roches  des profondeurs et en libère des sels minéraux, dont le chlorure de sodium. Quant aux mers et lacs intérieurs salés, ils le sont  beaucoup plus que les océans en raison de l'évaporation intense sur leurs petites surfaces qui, parfois, ne sont jamais alimentées par l'eau douce des rivières.

 

** Le nom d'Aguas Mortas demeura malgré le souhait formulé auprès du roi Louis IX par les habitants qui désiraient plutôt Bona per forsa : Bonne malgré le hasard.

 

*

Transporté sous forme de blocs ou de plaques, souvent à dos de chameaux, le sel gemme est utilisé en cuisine par les populations locales.

 

L'augmentation des températures et le manque de précipitations tendent à faire disparaître très vite les mers intérieures salées.

 

 

***