Le Château de Hautefeuille et Sainte Geneviève, Vierge Verte.

 

Le Chateau de Hautefeuille

 

et

 

Sainte Geneviève, Vierge Verte.

 

Imaginons un immense triangle de verdure qui s’étend en pente douce de la rue Soufflot au Luxembourg et à Saint-Sulpice pour s’achever plus bas Place Saint-André des Arts*,  appelé Clos de Laas au Xè s. Un joli chemin ombragé y serpente. La rue Hautefeuille  dans le 6è ar. de Paris.

 

De cette verdure, nous en  reste le Jardin du Luxembourg.

 

Image : wikipedia.fr

Rue Soufflot et le Luxembourg vus du toit du Panthéon.

 

La Haute Folie comprend le Luxembourg et toute la partie droite de l'image. 

 

 

C’est la “haute folie” ou alta folia, du latin folium : feuille. Sur le Mons Lukotecius, au-dessus d’un monde souterrain local, dans le silence verdoyant se recueillent les Vierges vertes, les jeunes Folles qui y font une retraite initiatique. Folles, ces jeunes filles ?  Bien sûr que non ! Elles ne souffrent d’aucune altération de la pensée. Elles sont seulement possédées de l’ardent désir mystique de quitter les contingences matérielles qui obscurcissent leurs esprits et les empêchent de s’élever vers la pureté.

 

Il est fort probable que Genovefa, notre Sainte Geneviève** parisienne, soit une jeune Folle. Une Vierge Verte ! Accompagnée de ses amies Aude et Céline, elles reconstituent la triade matriarcale ancienne. Genovefa  est  née vers 422 mais l’Eglise balbutie encore ! Elle n'a pas fermement rejeté les coutumes païennes trop ancrées en l'être humain et Geneviève perpétue la croyance antique dont tout Lutécien est imprégné.

 

La haute folie appartient au Domaine de Haute-feuille dont la demeure, aussi appelée Château, n’est sans doute qu’un abri très rudimentaire mais le monde souterrain du Château persiste bel et bien dans l’imaginaire. Qui dit château dit trésor. A conquérir. selon toute évidence, malgré la présence d'un  monstrueux et mythique personnage, tourmenteur des âmes qui s’y aventurent. C’est en l’affrontant que les futures initiées, les jeunes folles, espèrent franchir cette épreuve et acquérir le trésor.

Mais quel trésor ?

L’or de la pureté et de la force d’âme.

L’harmonie absolue entre l’homme, le ciel et la terre.

 

Et là, au niveau du n°20 de la rue Soufflot, se situerait l’entrée du Château que le folklore nous restitue  en tant que mémoire du peuple.

En effet, selon une Chanson de Geste*** écrite au 11è s., il appartiendrait au Seigneur de Hautefeuille chez qui se serait réfugié le traître Ganelon.

 

Qui est Ganelon ?

 

Ganelon est l’homme qui, par jalousie, informe le Sarrazin Marsile qu’il pourra attaquer Roland par l’arrière dans le col de Roncevaux. L’Histoire, datant les faits de 778, resurgit trois siècles plus tard dans la Chanson de Roland. Amalgame, certes pas anodin, entre un fait historique daté mais dont  l'authenticité des personnages est quelque peu embellie pour les besoins de l'Histoire, le mythe du Château et de son maître l’imaginaire Seigneur de Hautefeuille sans oublier la résurgence du nécessaire tourmenteur néolithique !  

 

Image : larousse.fr/encyclopedie/

Ph. Coll. Archives Larbor

Miniatures sur vélin extraites des Grandes Chroniques de France

 

  A droite : Roland tranche le bras droit de Marsile à la bataille de Roncevaux.

 

Les Chansons de Geste sont la preuve des savoirs transmis oralement par le peuple au fil du temps, le très utile « folk-lore ».

 

* Dans le 6è ar. de Paris, de la Place Saint-André-des-Arts, en remontant l'étroite rue Hautefeuille, on peut aisément imaginer le sentier ombragé qu'a connu Sainte Geneviève pour rejoindre le sommet   du Mons Lukotecius - la Montagne Sainte Geneviève actuelle.

 

** Geneviève, dite Genovefa, dont le nom est sans doute issu du francique Kenuwefa, est née vers 420 à Nanterre, d'un père Franc romanisé, Sévérus, officier-régisseur des terres de l'Empire romain et d'une mère grecque, Gerontia. Fille unique de cette riche famille aristocrate, elle hérite, au décès de son père, de la charge de Conseiller municipal de la Bourgade de Nanterre puis de Lutèce. Là, amie de Clovis et de Clothilde, elle les conseille avec sagesse avant d'être protégée par le couple jusqu'à sa mort aux environs de l'an 500.

A l'arrivée des Huns, elle part en barge chercher de la nourriture sur les terres familiales pour nourrir la capitale. C'est ainsi qu'elle devient la patronne de Lutèce (et de Paris) dont la chasse est précieusement gardée  à Saint-Etienne-du-Mont au sommet de la Montagne Sainte Geneviève.

 

Image : wikipedia.fr

Chasse contenant les ossements de Genovefa.

 

 

*** La geste est une action remarquable,  un exploit ... réel ou légendaitre, qu'un long poème épique, appelé chanson et composé entre le 11è et le 13è s., raconte et sublime accompagné par des troubadours et des musiciens.  La Chanson de Roland est le premier poème épique connu. Ecrit en anglo-normand, le Manuscrit d'Oxford en serait la version la plus ancienne authentifiée parmi les copies ultérieures.

 

Image : cosmovisions.com/Chanson-Roland

 

Page de la Chanson de Roland du Manuscrit d'Oxford.

 

Le Mons Lukotecius était l'une des deux grandes collines sacrées de la bourgade parisii où déjà les

anciens éprouvaient la nécessité de franchir des étapes spirituelles appelées initiation. Longtemps, les Parisii, les Lutéciens puis les Parisiens ont vécu avec le Géant Isoré dont la rue de la Tombe-Issoire perpétue la légende, hélas trop souvent méconnue.

Une représentation concrète de l'initiation est toujours présente au 21è siècle ! Le labyrinthe.

 

 

***